RSS

utilisation des huiles essentielles

Les différents modes d’utilisation des huiles essentielles

1 – Utiliser un diffuseur d’huiles essentielles

La diffusion des huiles essentielles est l’un des meilleurs moyens pour assainir l’atmosphère à l’intérieur de la maison.

Mode d’emploi : Introduire quelques gouttes dans un diffuseur d’arômes qui va vaporiser l’huile essentielle sans aucun effet thermique.

Une heure de diffusion journalière permet de débarrasser les locaux  des mauvaises odeurs et des germes infectieux.

C’est aussi une façon naturelle de chasser les insectes l’été et de parfumer agréablement l’atmosphère.

Autre méthode : le brûleur d’arômes. Quelques gouttes dans l’eau du petit bassin supérieur

2 – L’inhalation

Mode d’emploi : Verser deux à trois gouttes d’huiles essentielles d’eucalyptus

par exemple dans d’un bol d’eau bouillante  pour dégager les voies respiratoires.

3 – Les massages aux huiles essentielles et les frictions

Les huiles essentielles peuvent être appliquées localement, en massage doux ou en friction.

Mode d’emploi : À l’exception de certaines huiles comme la lavande qui peuvent être appliquées directement sur la peau,

il est conseillé de les diluer dans une huile végétale pour éviter irritations et rougeurs.

5 à 25 gouttes d’huile(s) essentielle(s) dans 50 ml d’huile végétale

4 – Les bains aux huiles essentielles

Mode d’emploi : 15 à 20 gouttes d’huile(s) essentielle(s) ajoutées à l’eau du bain (180 litres).

Éviter les huiles essentielles d’agrumes et de menthe.

Pour éviter qu’elles ne surnagent, les diluer dans une cuillère à soupe de lait, un jaune d’oeuf ou un peu d’alcool à 90°.

5 – Les compresses aux huiles essentielles

L’utilisation des huiles essentielles en compresse donne de bons résultats en application locale lorsqu’il s’agit d’adoucir,

de calmer une inflammation ou de cicatriser des blessures peu étendues, coupures superficielles et brûlures légères.

Mode d’emploi : quatre à cinq gouttes dans un bol d’eau chaude ou tiède.

6 – Par voie orale

L’usage interne des huiles essentielles appelle à la plus grande prudence.

Dans le cadre familial, l’avis d’un spécialiste en aromathérapie est fortement conseillé.

Les modes d’absorption sont multiples (une à deux gouttes dans du miel, sur un morceau de sucre, dans du lait ou une boisson chaude).

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 28 août 2016 dans Santé & bien-être

 

choisir son huile essentielle

Chaque huile essentielle bio a ses propres effets et vertus sur notre bien-être.

 Parce qu’elles sont des substances actives, il est important de savoir les utiliser correctement de façon spécifique.

quelles sont leurs vertus, leurs conditions d’utilisation, les précautions d’usage particulières à prendre, etc.

Choisir la bonne huile essentielle en fonction de ses vertus

Avant de le consulter, sachez qu’une bonne huile essentielle doit être :

  • 100 % pure, c’est-à-dire non diluée, non allongée et non coupée par d’autres huiles ;
  • issue de l’Agriculture Biologique  ;
  • 100 % naturelle, c’est-à-dire non dénaturée par des essences minérales, des molécules de synthèse, des agents émulsifiants, des diluants et sans conservateur, pesticide, ou autre produit chimique ;
  • totale, c’est-à-dire contenant la totalité des principes aromatiques ;
  • ni rectifiée, ni décolorée, ni recolorée, ni déterpénée, ni peroxydée et n’ayant subi aucun traitement pouvant altérer ou modifier sa composition naturelle.

Quand cela est possible, nous vous conseillons également de choisir une huile essentielle produite en France.

Huiles essentielles : le guide d’achat

Huile essentielle bio

Couleur / parfum Actions bénéfiques
des  huiles essentielles
Utilisations / Précautions

Huile essentielle bio
Basilic à Linalol

Couleur : jauneParfum : frais et épicé – Antiseptique intestinal
– Facilite la digestion
– Aide à soulager les  contractures et les crampes
– Actions favorables sur la circulation et le système nerveux
– Voie orale
– Friction
– Inhalation
– CompresseÀ éviter pendant la grossesse

Huile essentielle bio Cannelle type Ceylan, écorce

huile essentielle de cannelle

Couleur : jauneParfum : épicé et boisé – Tonique général
– Stimule la circulation
– Facilite la digestion
– Lutte contre les parasites
– Désinfecte
– Voie orale
– Bain
– CompresseNe jamais utiliser la cannelle pure sur la peau

Huile essentielle bio
Citron zeste

huile essentielle de zeste de citron

Couleur : jaune vif qui a tendance à brunir avec le temps

Parfum : fruité acide et frais

– Désinfecte (aérien et cutané)
– Nettoie et éclaircit
– Action sur la microcirculation, augmente la résistance capillaire
– Diffusion
– Cuisine
– Compresse
– Massage
– BainHuile essentielle photosensibilisante : ne pas s’exposer au soleil après utilisation

Huile essentielle bio Eucalyptus Globuleux

huile essentielle d'eucalyptus

IncoloreParfum : frais et légèrement mentholé – Désinfecte
– Dégage les voies respiratoires
– Rafraîchit
– Tonique vivifiant et équilibrant
– Resserre les tissus et facilite la cicatrisation cutanée
– Diffusion
– Inhalation
– Bain
– Massage
– Voie oraleNe pas utiliser chez l’enfant en bas âge.

Huile essentielle Lavande fine

huile essentielle de lavande

Couleur : jaune clair

Parfum : aromatique prononcé vert et agreste

– Calme, relaxe et équilibre
– Désinfecte et décongestionne
– Calme les inflammations
– Antiseptique et nettoyant cutanéTrès bonne tolérance cutanée
– Diffusion
– Bain
– Voie orale
– Massage
– Compresse

Huile essentielle bio
Orange douce

huile essentielle d'orange douce

Couleur : orangée plus ou moins sombre

Parfum : fruité doux acidulé

– Calme et relaxe
– Désinfecte et désodorise
– Facilite la digestion
– Diffusion
-InhalationHuile essentielle photosensibilisante :
Ne pas s’exposer au soleil après utilisation
À forte de dose, peut être irritante pour la peau
À conserver au frais à l’abri de la lumière

Huile essentielle bio
Pamplemousse

huile essentielle de pamplemousse

Couleur : jaune verdâtre

Parfum : citronné

– Stimule la digestion
– Anti-stress
– Tonique de la peau et des cheveux
– Désintoxique
– Massage
– Bain
– Voie oraleHuile essentielle photosensibilisante :  Ne pas s’exposer au soleil après utilisation

Huile essentielle bio Patchouli

huile essentielle de patchouli

Parfum : odeur forte, chaude et marquée de terre – Stimule la digestion
– Tonique circulatoire
– Régénératrice cutanée
 – Massage
– Compresse
– Voie orale

Les précautions communes à toutes les huiles essentielles

  • Ne pas les utiliser pures directement sur la peau. Les diluer dans une huile de base végétale ou une solution dispersante (alcool 90°, miel par exemple).
  • Éviter le contact direct avec les muqueuses.
  • Si l’on souhaite pratiquer l’automédication, n’utiliser les huiles essentielles que par voie externe et s’assurer de leur qualité.
  • Pour des troubles plus graves où l’usage interne est préconisé, consulter un aromathérapeute qualifié.
  • Les conserver hors de portée des enfants, au frais, à l’abri de la lumière et de l’humidité en flacon bien fermé. La durée de conservation des huiles essentielles est limitée à trois ans pour les essences d’agrumes et cinq ans pour toutes les autres.
  • En cas d’absorption accidentelle, ingérer une huile végétale type olive ou tournesol.
  • En cas de projection oculaire, imbiber un coton d’huile végétale et essuyer doucement.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 27 août 2016 dans Santé & bien-être

 

congélation des aliments

Pratique le congélo !

Pour des achats en grande quantité, pour toujours avoir quelque chose à cuisiner,

pour conserver des fruits et légumes de saison pour toute l’année, pour conserver des plats déjà cuisinés…

Un congélateur, c’est pratique !

Mais à force d’entasser et sans grande organisation,

on finit toujours par retomber sur quelque chose qu’on ne se souvient pas avoir congelé en se demandant

s’il est toujours possible de le manger.

Tout congeler pour conserver toute l’année

Peu d’aliments résistent à la congélation.

Et c’est bien l’avantage de ce mode de conservation !

Fruits et légumes crus ou cuits, sauces, plats cuisinés, viande crue, préparations pré-cuites, pain, dessert…

L’explication d’une si bonne préservation des aliments tient à la température de conservation.

Dans un congélateur, la température doit être située entre -18 et -24°C.

Les aliments sont alors refroidis puis finalement congelés, ralentissant le processus de dégradation.

Les règles de base de la congélation

Si congeler est facile, la conservation des aliments par ce biais doit respecter certaines règles

pour éviter désagréments gastriques ou même les mauvaises odeurs.

Congelez rapidement les aliments.

Si le froid conserve, il ne stérilise pas.

Si vous souhaitez congeler les restes d’un plat cuisiné, des fruits ou des légumes, n’attendez pas !

Si vos fruits sont très avancés au moment de la congélation,

ils ne deviendront pas plus fermes après un passage dans le congélateur !

N’oubliez pas d’emballer !

Chaque aliment placé au congélateur doit être emballé pour éviter la prolifération de bactéries,

les odeurs et une conservation altérée.

Congelez seulement ce qui ne l’a jamais été.

C’est la règle essentielle. Lorsqu’un produit est congelé puis décongelé,

les bactéries se réveillent et reprennent leur activité.

Recongeler un produit, c’est donc conserver un aliment plein de bactéries !

 

Laissez refroidir avant de congeler.

Congeler les aliments encore chauds ne permet pas une conservation optimale,

et favorise la formation de givre.

Pour plus d’aisance, divisez les aliments conservés en petites portions :

vous éviterez le gaspillage !

Organisez-vous ! Notez sur chaque barquette ce qu’elle contient et la date de congélation.

Si possible, consommez toujours ce qui a été congelé en premier.

Aliments congelés : quelle conservation ?

Les aliments congelés ont aussi une durée de vie limitée.

C’est pourquoi il est important de noter sur vos produits la nature de ce que vous congelez ainsi que la date.

 Combien de temps peut-on conserver les différentes familles d’aliments ?
  • Pain et baguette : 1 mois
  • Fond de tarte, pâte à gâteau, viennoiserie : 2 mois
  • Viande hachée : 2 à 3 mois
  • Gâteau (découpé en parts individuelles) : 3 mois
  • Fromage râpé et beurre : 3 mois
  • Poisson en filet et crustacés : 3 à 4 mois
  • Restes de plats cuisinés, soupe, sauce  : 3 à 4 mois
  • Poulet en filet ou en pilon : 6 mois
  • Viande de porc, d’agneau ou de veau : 6 à 8 mois
  • Viande de boeuf, gibier et volaille : 8 mois
  • Fruits et légumes (lavés/séchés ou blanchis) : 10 à 12 mois

Ces dates sont indicatives et tiennent compte d’une congélation optimale dans des emballages individuels et hermétiques.

Des produits qui supportent mal la congélation

Si la congélation convient à un grand nombre de produits,

certains aliments ne la supportent pas.

Pour vous éviter des déceptions ou des expériences maladroites,

sachez que les produits laitiers ne sont pas adaptés à la congélation.

Certains tentent la congélation du lait, mais en règle générale,

évitez de congeler les yaourts, crèmes et autres produits laitiers.

De même, si les légumes et fruits se conservent en général très bien,

jusqu’à 1 an s’ils sont parfaitement lavés, blanchis, séchés,

certains fruits et légumes ne supportent pas un passage par le congélateur.

La faute souvent à une teneur en eau trop importante.

Les tomates ne se congèlent pas crues, ni le concombre, la salade…

Les oeufs et le fromage se congèlent mal également.

Le congélateur est un objet de conservation parfait, si toutes les règles de conservation sont respectées.

Soyez vigilant pour ne pas risquer l’intoxication alimentaire  !

 

sirop d’été maison

Réaliser ses propres sirops est plus facile qu’on ne le pense et permet de conserver les herbes et fleurs de son jardin.

Des recettes faciles de sirops maison

Le sirop, c’est un mélange d’eau et de sucre dans lequel on fait infuser un ingrédient qui le parfume.

Il est possible de réaliser des sirops avec de nombreuses plantes, herbes, fleurs et fruits :

voici quelques recettes de sirops maison originales.

Du sirop de menthe maison

Le sirop de menthe maison est parmi les plus simples à réaliser.

Seule, dans la version multi-menthes ou encore mélangée, par exemple à de la mélisse et de la verveine,

elle est la star incontestée de l’été.

 Comment préparer votre sirop de menthe en deux temps trois mouvements…

mais en le laissant tout de même reposer toute une nuit ?

sirop menthe maison

À condition de la rallonger d’eau bien fraîche,

rien de tel que la menthe pour se rafraîchir tout en se faisant plaisir, même en période de canicule.

Glaçons à volonté, eau pétillante si vous l’aimez et pourquoi pas le jus d’un citron vert,

voilà de quoi assurer le maximum de fraîcheur tout en variant les plaisirs !

Un sirop inattendu à la marjolaine

Sur le même modèle, il est facile d’improviser avec vos herbettes préférées.

Ainsi, la marjolaine permet de préparer un sirop au goût subtil, légèrement piquant, que les palais fins apprécieront :

  • Dans une casserole, recouvrez deux ou trois poignées de marjolaine de 6 dl d’eau et 600 g de sucre.

  • Petite différence avec la recette des sirops de menthe : ajoutez un citron bio coupé en petits morceaux.

  • Portez à ébullition, faites frémir une dizaine de minutes, retirez de la plaque.

  • Oubliez votre sirop de quelques heures à toute la nuit…

  • Le lendemain, filtrez et mettez en bouteilles.

Sucre blanc ou brun ? Plus de citron ou de marjolaine ? C’est comme vous voulez !

La saveur de la mélisse en sirop

La mélisse, à la saveur citronnée et si fraîche, se prête mieux à un autre mode de préparation.

Tout aussi simple, juste un peu différent :

 

sirop mélisse maison

  • Versez 6 dl d’eau bouillante sur une ou deux grosses poignées de feuilles de mélisse.

  • Laissez infuser à couvert une dizaine de minutes, filtrez afin de retirer les feuilles.

  • Ajoutez 600 g de sucre pendant que l’infusion est encore tiède, mélangez bien et mettez en bouteilles.

  • Vous avez votre sirop de mélisse.

La délicatesse des sirops maison à base de fleurs

C’est le moment de cueillir les fleurs d’été : parmi les nombreuses façons de conserver leurs parfums subtils,

on peut réaliser de délicieux sirops.

Un sirop de lavande 100 % naturel

En plus de ses autres nombreuses qualités, la lavande permet aussi de réaliser un sirop au charme tout à fait particulier.

  • Cueillez entre 30 et 35 brins de lavande.

  • Versez dans une casserole 6 dl d’eau et 600 g de sucre.

  • Mélangez bien, ajoutez la lavande.

  • Portez à ébullition sans cesser de remuer, faites ensuite frémir une dizaine de minutes et retirez du feu.

  • Laissez reposer entre 12 et 24 heures, filtrez… le tour est joué !

 

sirop lavande maison

Vous aimerez ce sirop pour vous désaltérer par temps chaud,

avec une rondelle de citron, une eau minérale et des glaçons,

mais vous l’apprécierez aussi pour parfumer une salade de fruits,

un simple yaourt nature ou napper une glace à la vanille.

Et une fois la fraîcheur des nuits d’automne revenue,

versez alors un peu de sirop de lavande dans une tasse, complétez par de l’eau chaude.

Lorsque le temps devient franchement frisquet, ajoutez aussi une branche de thym. Un délice !

Le sirop de rose à la couleur féérique

Quant au sirop de rose, il y a comme souvent plusieurs manières de procéder.

Voici ma recette préférée pour préserver la magnifique couleur.

  • Placez dans une casserole 400 g de sucre, 4 dl d’eau,

  • 4 poignées de pétales de roses non traitées et le jus d’un citron bio.

  • Remuez très délicatement.

  • Portez à ébullition et retirez tout de suite du feu.

  • Laissez reposer entre 12 et 24 heures.

  • Portez ensuite une nouvelle fois à ébullition, filtrez rapidement et mettez en petites bouteilles.

Si vous n’avez pas ou plus de roses non traitées au jardin,

les boutons de rose séchés à usage médicinal (en herboristerie ou droguerie) se prêtent aussi à cette préparation :

deux à trois poignées suffisent alors.

Pour vraiment profiter de l’arôme de la rose, n’hésitez pas à doser généreusement.

Pour une fois, tant pis pour le sucre !

Excellent en sirop, avec de l’eau pétillante, ou en frappé pour les enfants,

mais aussi pour décorer et aromatiser crèmes, glaces ou même fromage de chèvre frais.

Sans oublier que l’on peut en faire des glaçons qui enchanteront le plus simple des verres d’eau !

 

 
1 commentaire

Publié par le 19 août 2016 dans Aliments et boissons, Santé & bien-être

 

soulager un coup de soleil

Des astuces naturelles qui peuvent, en cas de coup de soleil grave, être renforcées par quelques produits apaisants achetés dans le commerce.

Comment soulager la peau après un coup de soleil ?

Plusieurs astuces existent pour soulager un coup de soleil selon le niveau de brûlure. Le jus de concombre appliqué sur une brûlure de soleil permet de faire disparaître la sensation de chaleur par exemple.

On va aussi tout simplement passer la brûlure à l’eau froide, ce qui va permettre de soulager légèrement la douleur.

Le bicarbonate de soude pour soulager la peau après un coup de soleil

 

coups-de-soleil-bicarbonate-de-soude-sodium-poudre

Si vous faites des allergies solaires, vous pouvez réaliser un cataplasme au bicarbonate de soude : il suffit de mélanger quatre cuillères à soupe de bicarbonate à quelques gouttes de vinaigre de cidre, pour obtenir une pâte très épaisse. Appliquez cette pâte sur le visage dès que les premières rougeurs apparaissent.

 

 
Poster un commentaire

Publié par le 18 août 2016 dans Santé & bien-être

 
 
Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 85 autres abonnés